Uncategorized

Maman, je me sens différente… et je me sens impuissante alors je suis en colère!

D’aussi loin que je m’en souvienne, je me suis rarement sentie à ma place! Tantôt trop ci ou pas assez ça… Je ne suis jamais rentrée dans les cases! Et pourtant, Dieu seul sait, comme j’ai essayé! Je me suis habillée comme les filles populaires, j’ai parlé comme tout le monde, … J’ai essayé de faire et d’être comme tout le monde!
J’ai mis des compensations affectives en place, j’ai avancé tant bien que mal avec d’énormes blessures qu’aujourd’hui je soigne encore! Raison pour laquelle je n’accepte pas tout le monde en accompagnement car ça ne serait juste pour personne!

J’ai été et je suis encore, par bien des aspects de ma créativité, une enfant qui avance et évolue dans un monde dans lequel je perçois, ressens trop de choses que pour rester insensible! En tant qu’hypersensible et multi-potentielle, le cadre qui existe au dehors ne me convient pas ou plus pour être précise. J’ai donc façonné le mien! Par des essais-erreurs, j’ai tatillonné sur beaucoup de choses pour y mettre des choses, des personnes, des valeurs, des sentiments qui me correspondent et déposer ce qui petit à petit ne me convient plus! C’est le chemin de développement personnel que je fais depuis des années… Pas toujours évident mais je vois l’alignement un peu plus chaque jour. Cette différence, j’en ai fait une force aujourd’hui!

Pourtant aujourd’hui, je me sens à nouveau cette petite fille perdue et impuissante! Du haut de son expérience de vie, de ses outils, de son bagage de formations, … Il y a 3.5 ans naissait la plus belle expérience de ma vie, un petit garçon de 52 cm pour 3.5kg. Une petite boule d’énergie, un petit garçon vif, curieux des choses et surtout des Autres.
Aujourd’hui, je me sens impuissante car les chiens ne font pas des chats. Ce petit garçon est donc plus que probablement hypersensible et multi-potentiel. Je dis plus que probablement parce qu’à son âge, on ne porte pas de diagnostique. C’est trop tôt!

Là ou moi petite fille j’ai intériorisé, Maxime, lui, extériorise à la manière des hypersensibles… C’est-à-dire de manière volcanique. Chez les hypersensibles, il n’y a pas de nuances. C’est soit blanc soit noir… Il n’y a donc pas de nuances dans la manière de s’exprimer… Face à un système scolaire très cadrant, ce genre de réactions est bien entendu hors cadre et donc pointé du doigt. Je suis pourtant infiniment reconnaissante à l’institutrice de Maxime car elle prend réellement son bien-être en compte. Mais qu’avec des classes de 26 enfants en 1er maternelle, un enfant qui demande trop d’attention ne peut pas être entendu correctement. Et ce n’est en rien la faute de l’enseignante qui fait son possible.

Aujourd’hui, je me sens frustrée et en colère contre moi de ne pas pouvoir plus l’aider, le guider à trouver sa bonne façon de s’exprimer et de se faire comprendre. Pourtant du haut de ses 3.5 ans, il observe, remarque, fait attention à de tous petits détails comme la couleur d’un masque. « Tu as un nouveau masque, Maman? »
Tous les jours, j’accompagne des femmes qui se découvrent hypersensibles ou qui voient cette capacité comme un boulet trop lourd pour leurs chevilles. Ces femmes ont été écrasée par un système patriarcal qui doit voler en éclat pour que chacun et chacune puissent avoir sa juste place tout en tenant compte des sensibilités de tous. Ces femmes, comme moi d’ailleurs, ont mis au monde des enfants qui, un jour, révolutionneront notre manière de fonctionner, de voir et percevoir la réalité. Il est de notre devoir de changer les choses car ses enfants seront de plus en plus nombreux au fil des ans.

Aujourd’hui, rien que d’écrire ses lignes, j’ai mon coeur de maman et de petite fille qui fait mal, qui fait très mal et les larmes coulent. Car mon voeu le plus cher est que mon petit garçon puisse grandir de manière la plus sereine possible. Je ne suis pas résignée, loin de là. Je remuerai la terre entière pour l’aider lui et aider les enseignants qu’il croisera sur son chemin à trouver un moyen de communiquer, de se rassurer mutuellement! J’apprendrai à Maxime à canaliser ce don, parce que c’est un véritable don quand il est compris et apprivoisé!

C’est vrai que dans cet article, je ne partage pas d’astuce mais un simple vécu et je suis certaine que bon nombre de petites filles et de mamans se reconnaitront dans ses mots!
Par contre, j’ai une demande! Si vous êtes passée par là ou si vous êtes dans ce cas, prenez contact avec moi que nous puissions échanger! Cela aidera un petit garçon de 3.5 ans à s’épanouir dans un monde parfois un peu trop carré!

Merci beaucoup!!

Vous pourriez également aimer